Malthusianisme et néomalthusianisme

 

Le malthusianisme est une politique prônant la restriction démographique, inspirée par les travaux de l'économiste britannique Thomas Malthus (1766–1834). Le terme est utilisé pour la première fois par Pierre Joseph Proudhon en 1849. A l'origine, cette doctrine est hostile à l'accroissement de la population d'un territoire ou d'un État, et préconisant la restriction volontaire de la natalité, le mot malthusianisme désigne aussi par extension toute attitude craintive devant la vie et le développement.

 

Le néomalthusianisme est une actualisation de la doctrine de Thomas Malthus et de sa prise de conscience des ressources limitées de la Terre. Selon Malthus, l'augmentation démographique est beaucoup plus rapide que la croissance de la production alimentaire, ce qui nécessite une limitation de la natalité pour éviter les famines dues à la surpopulation. Les néomalthusiens font de cette limitation des naissances un droit humain.

 

Critique du néo-malthusianisme

Les critiques du néo-malthusianisme furent nombreuses au sein du mouvement anarchiste et furent surtout formulées par les communistes libertaires. Des militants comme Madelaine Vernet et le docteur Pierrot s'élevèrent premièrement contre la pratique de l'avortement, pour eux source d'infirmités et de mortalité pour les femmes. Mais surtout, les anarchistes des Temps nouveaux critiquèrent le néo-malthusianisme comme solution incomplète du problème social. Selon Jean Grave et Kropotkine, par exemple, on ne peut s'attendre à ce qu'une population moins nombreuse se tourne automatiquement, presque par magie, vers les idéaux libertaires, même si les individus sont mieux éduqués. De plus, Kropotkine conteste le fait qu'il y ait un fossé radical entre les besoins des individus et les ressources mal employées et inégalement distribuées de la planète. Enfin, le néo-malthusianisme, par ses perspectives fatalistes d'harmonie sociale entre gens de bonne naissance et de bonne éducation est selon lui opposé à l'anarchisme et s'apparente plutôt à une forme d'élitisme ou d'aristocratisme.

D'ailleurs, le mouvement néo-malthusianiste s'oriente graduellement par la suite vers l'eugénisme et perd toute connotation anarchiste.

 

A lire : Paul Robin : le néo-malthusianisme

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site